mardi 26 août 2008

écrevisse - crayfish

Écrevisse / Crayfish. pastel et brou de noix sur papier
pastel and walnut stain on paper
- 20x11 cm. 2008


L'autre matin, j'ai trouvé au marché de très belles écrevisses sur l'étal de glace pilée du poissonnier. J'ai acheté la plus bleue et l'ai remportée à la maison pour la dessiner. J'ai essayé de la représenter au pastel, technique que je n'emploie pour ainsi dire jamais, et donc assez neuve pour moi. Il fallait faire vite pour ne pas la tuer, et la remettre fréquemment dans un tupperware rempli d'eau. Quand j'eus fini, je me rendis sur les quais de la Seine pour lui rendre la liberté. Je n'aurais pas été capable de manger une écrevisse qui avait si bien posé pour un simple dessin.



The other day, I found at the fishmonger some beautiful crayfishes, all round and blue. I decided to buy the bluest and take it back home to make a drawing out of it. I tried to draw with pastel, a technique I never use, and which is quite new for me. I had to hurry not to kill it, and while I was sketching, to immerse it in a tupperware filled with water. When I finished my drawing, ie. when I felt it was time to let the crayfish alone, I got to the banks of the river Seine, with my little tupperware, and released it. I wouldn't have been able to eat such a kind crayfish who had been patient enough to pose for a drawing.

6 commentaires:

Cécile a dit…

Le pastel te réussit très bien! Ce travail pourrait figurer en bonne place dans les Créatures.
Le fond blanc, dynamique, met très bien en valeur les volumes et les couleurs de cette écrevisse au destin unique- miam, on en mangerait!

Thomas Brissot a dit…

Il est possible que l'écrevisse n'ait pas survécu à la toxicité de la Seine.

armel a dit…

Hmmmm.... la petite écrvisse a été relâchée après une petite enquête indiquant qu'il ya en effet des écrevisses dans la Seine. Elles disparaissent (doit-on s'en étonner?) mais il y en a encore, et leur pêche est parfois autorisée. Maintenant, je ne sais pas si cette petite bête, ayant connu le camion, Rungis, le poissonnier, une planche à dessin, un tupperware et un trajet à vélo s'est réjouie de se retrouver là. Au moins, elle n'a pas été plongée dans l'eau bouillante...

armel a dit…

Merci, Cécile. Je sais ce que la remarque finale ne dit pas entièrement... Voilà donc une petite bête à pinces qui aura eu un grand rôle.

Anonyme a dit…

Jamais il ne me viendrait à l'idée de manger un tel modèle qui, visiblement, a gardé la pose avec tant de sérieux. On n'est pas loin des limules carapaçonnées (capara..?) bref les bidules casqués tant aimés d'autres grands du dessin.
Paquita Shalimar

armel a dit…

limules (nom féminin) : bidules caparaçonnés, en effet. Elles ont même du sang bleu, ne possédant pas d'hémoglobine, mais de l'éhmocyanine. Je viens de lire ça.