jeudi 25 décembre 2008

illustration friday : voices


Le chant des sirènes.
aquarelle sur papier / watercolor on paper
- A4. 2008


Je me mets à mon tour au jeu du Illustration Friday, dont le sujet de la semaine était "Voices". J'ai donc choisi de dessiner une sirène, puisque leur chant était, dit-on, plutôt irrésistible. Je sais que les sirènes d'Ulysse ne sont pas des femmes-poissons mais des femmes-oiseaux, mais je voulais juste essayer de peindre des effets d'eau à l'aquarelle et y mélanger les contours imprécis d'une forme humaine. J'aurais aimé pousser l'image davantage, mais nous sommes le 25 décembre, et il y a bien d'autres choses à faire ce jour-là...



And so I start doing my own Illustration Friday contributions. The theme, here, was "Voices" and I thought I could make a mermaid out of it, since the voice of this creature is supposed to be quite irresistible. I know Ulysses actually meets bird-women and not fish-women, but I just wanted to paint water effects around a human shape. I wish I could have done it better, less quickly ; on the other hand, it's Christmas and there are lots of other things to do on such a day...

mardi 23 décembre 2008

carnets / sketchbooks


Carnet / Sketchbook. encre sur papier / pen & ink on paper - 2xA4. 2008


Quelques pages assez chargées d'un carnet de croquis récent. Au départ, j'aborde les carnets avec prudence, prenant soin de dessiner une seule image sur chaque page, voire deux. Puis le temps passant, je me mets à couvrir les pages de petits gribouillis sans rapport les uns avec les autres. Parfois, il est amusant de regarder un film et de dessiner des objets, des éléments de décor qui apparaissent une seconde à l'écran, et les reproduire de mémoire.



Carnet / Sketchbook. encre sur papier / pen & ink on paper - 4xA4. 2008


A few pages from a current sketchbook. When I first open a new one, I start making clear drawings, one per page only, taking care not to load pages with too many ideas and doodles. Eventually, I always end doing sketches all over the paper surface, wherever I find the place to do so. I also have fun drawing while watching a movie, so that I can do little studies of props and sets, plate compositions I see on the screen. It is also a cool way to work from memory.

Carnet / Sketchbook. encre sur papier / pen & ink on paper - 4xA4. 2008

lundi 15 décembre 2008

étude de nu / study from the nude


Nu / Nude Study. huile sur papier / oil on paper - 28 x 18 cm. 2008


Deux études de nu à l'huile faites à l'Atelier Beaux-Arts de Montparnasse ; la première de 15 minutes et la deuxième de 25. La deuxième est beaucoup plus grande, et le papier sur lequelle je l'ai peinte, très vernis mais néanmoins absorbant. L'huile a commencé à faire des auréoles à partir du menton. Si ce n'est pour l'intérêt de travailler sur une surface teinte, il est préférable de ne pas utiliser ce genre de papier pour le travail à l'huile.



Nu / Nude Study. huile sur papier / oil on paper - 50 x 30 cm. 2008


Two studies from the nude, done at a fine arts workshop in Paris. The first one is 15 minutes long, and the second, 25. I did the latter on a much larger sheet of paper, but the surface was sized a lot, and I felt uncomfortable with its smooth yet absorbent quality. Oil stains start showing underneath the painting, around the neck. The main goal of this exercise was to work on a tinted ground and get its color visible through the strokes.


dimanche 7 décembre 2008

la loupe & le chêne lizé


Un Champ / A Field. huile sur bois / oil on wood - 30 x 22 cm. 2008


Quelques peintures d'un après-midi à la campagne, dans le Perche, où je passais des vacances étant petit. J'ai toujours aimé ces horizons de champs, leur silence. Lorsqu'on ne possède pas de permis de conduire, il est assez compliqué de partir en expédition, le chevalet-boîte sur le dos, les palettes et les réservoirs de brou de noix et de white spirit accrochés au sac, et la roue arrière chargée de fontes remplies de peintures, de toiles, de sandwiches, de bouteilles d'eau, et les toiles qui sèchent sur le guidon.

Ce jour-là, la pluie allait et venait, si bien que la peinture s'épaississait comme une sorte de mayonnaise autour de la virole du pinceau. Cela ralentit considérablement le travail et le rendit également plus difficile. Sur la peinture de la route, j'ai essayé de peindre le plus fidèlement possible la lumière du bois sous la pluie, sans rien éxagérer, et en gardant le minimum de valeurs, telles que je les voyais.



Route sous la pluie / A Wet Road. huile sur bois / oil on wood - 30 x 22 cm. 2008


I did these three paintings during an afternoon in the countryside, where I used to go with my grandparents when I was a child. Since I don't have a driving license, I find this kind of trip very tough to do. The only way to leave urban areas and get to much quieter spots is to ride a bike, with the easel box on the back, palette, mineral spirits and walnut stain bottles hooked on the side of a bag, holsters full of oil tubes, canvases, sandwiches, water bottles, and wet paintings drying on the handlebars.

It rained that day, and around the ferrule of my brushes, paint made big piles of sauce, thick like mayonnaise, which made the color work quite difficult and slower than I expected. While painting the road, I tried to do the light as accurate as I could, with very few values, just as I saw it.

Un Champ / A Field. huile sur toile / oil on canvas - 12 x 07 cm. 2008

lundi 24 novembre 2008

venise - venice


Canale. huile sur papier / oil on paper - A5. 2008


Une étude à l'huile très rapide et deux croquis à l'encre de Venise. Il était difficile de peindre, du fait de flots permanents de touristes russes qui allaient et venaient, et du fait que je ne portais qu'un T-Shirt plutôt léger, un des T-Shirts que j'utilise à la maison pour peindre, mais tellement usés qu'ils sont presque transparents ; bref, une mauvaise idée pour peindre en extérieur au mois de novembre. J'ai pu, en revanche, passer plus de temps à dessiner les croquis à l'encre. Les murs décrépis de la ville, les briques à moitié usées et brisées, les taches laissées par l'eau et les algues sur le marbre se prêtent bien à une étude de textures.



Une porte sur le canal - A Door by The Canal
encre sur papier
/ pen and ink on paper
- A5. 2008


A very quick oil study and two pen and ink sketches done while wandering in Venice. It was almost impossible to get the painting done, because of many Russian tourist that kept coming. I also wore only a T-Shirt, the kind I use to paint at home, covered in paint, but so worn out I feel almost as if I wore nothing at all. Not a good idea for out-of-door painting in November. In comparison, the pen drawing were easy to do, and I could spend a lot more time working on them. The rendering of walls, the used and broken bricks showing through, water stains and seaweeds offer good subjects for a little texture work.

Campiello Nuovo dei Morti
encre sur papier / pen and ink on paper - A5. 2008

mardi 11 novembre 2008

taggé - tagged


Autoportrait en Kimono - Kimono Self-portrait.
crayon sur papier / pencil on paper
- 10x17 cm. 2008


J'ai été taggé par Cécile, juste avant de partir pour Venise, et si j'ai bien tout compris, tagger quelqu'un signifie que celui-ci doit indiquer sept élements personnels le concernant - éléments que voici :

1 - Je suis marié à la merveilleuse Cécile depuis un peu moins d'un mois.

2 - J'aime dessiner et peindre, essentiellement des compositions dépouillées et tonales.

3 - Mes artistes préférés sont les peintres de la fin du XIXème siècle, à savoir des réalistes français (Corot, Bastien-Lepage, Friant, Carrière...), Américains (Whislter, Dewing, Sargent, Beaux...), Britanniques (Waterhouse, Leighton...). Également Zorn, Thaulow, Brokman... Parmi les peintres contemporains dont je suis admiratif et jaloux, Jeremy Lipking, Lucian Freud, Andrew Wyeth, David Levine, Rupert Alexander, Brad Aldridge...

4 - J'ai découvert l'illustration avec John Howe, que j'ai eu le privilège de rencontrer à quelques reprises. Les autres illustrateurs vivants que j'admire sont Alan Lee, Jeffrey Jones, George Pratt, Kent Williams. Parmi les maîtres du passé, Franklin Booth, John Bauer et Edmund Dulac.

5 - Plus que des romans, j'aime lire des manuels classiques d'instruction artistique. Mes préférés sont les livres de Harold Speed.

6 - J'enseigne la typographie et le croquis en école d'arts graphiques à Paris.

7 - Mon tableau préféré est peut-être The Mystic Wood, un inachevé de Waterhouse. Sinon, tous les Nocturne de Whistler et Young Girl With a Lute, de Thomas Wilmer Dewing. J'aime particulièrement les peintures inachevées ou qui donnent l'air de l'être.


À mon tour de marquer/tagger plusieurs blogs, que voici :

Alicia Padron
Eric Orchard
Daniel Potvin
Shelly Wan



A couple hours before we went to our Venice honeymoon, Cécile tagged me - and if I'm right, that means I have to tell seven things about me and then tag seven other bloggers myself. So, here we go, and these are seven true facts about me :

1 - I married the wonderful Cécile last month.

2 - I love painting and drawing, especially low-key and tonal compositions.

3 - My favorite artists are late XIXth century painters, including French realists (Corot, Bastien-Lepage, Friant, Carrière...), Americans (Whistler, Dewing, Sargent, Beaux...), British (Waterhouse, Leighton...). Also, Zorn, Thaulow, Brokman... Among contemporary painters I admire and envy : Jeremy Lipking, Lucian Freud, Andrew Wyeth, David Levine, Rupert Alexander, Brad Aldridge...

4 - I discovered illustration with John Howe, a man I had the privilege to meet a couple of times. Other living illustration masters I'm fond of : Alan Lee, Jeffrey Jones, George Pratt, Kent Williams. And among ancient masters : Franklin Booth, John Bauer, Edmund Dulac.

5 - More than fictions, I like reading classical art instruction handbooks, and I especially liked those by Harold Speed, a truly incredible teacher.

6 - I teach typography and out-of-doors sketching in a graphic design school, in Paris.

7 - My favorite picture might be The Mystic Wood, by Waterhouse. If not, maybe any Nocturne by Whistler or The Young Girl With a Lute, by Thomas Wilmer Dewing.
I love unfinished pictures, and those which seem to be left so.

And now, here are four blogs I love, and you should have a look at :

Alicia Padron
Eric Orchard
Daniel Potvin
Shelly Wan

lundi 10 novembre 2008

venise - venice

Juste quelques photos de notre lune de miel à Venise. / Just personal stuff : a few pictures from our honeymoon in Venice.

mercredi 8 octobre 2008

panoramas


Le Louvre . huile sur carton / oil on board - 49 x 12. 2008


En début d'année, j'ai travaillé sur un livre jeunesse dont le sujet était la découverte, au Louvre, de la vie d'Alexandre le Grand et de Darius II, roi de Perse. Le livre était complexe, à la fois documentaire et fictif, et j'ai proposé de différencier les dessins narratifs du Louvre et les images documentaires. Les premiers furent fait à l'huile, et les seconds, à l'aquarelle.

Le format du livre était à l'italienne et il fallu combiner des images de diverses natures, un texte courant, des légendes, des notes... L'idée fut donc de produire des images panoramiques du Louvre, destinées à être couvrir la partie supérieure de quelques double-pages, ce qui explique pourquoi ces images sont composées en deux moitiés racontant chacune quelque chose de différent. Les images ont été travaillées avec beaucoup de pâte, avec du gel de structure en sous-couche, afin de se distinguer au maximum des aquarelles.



Le Louvre. huile sur carton / oil on board - 49x12 cm. 2008


Last January, I did a book about Alexander the Great and Darius II, King of Persia. It was a children book set in the Louvre museum, which allowed to combine a fictional story and more historically accurate elements, artifacts from the past. The story was so complicated I had to find two distinct ways to illustrate it, and I came up with the idea of large oil paintings telling the story of a kid meeting the sculpted portrait of Alexander and chatting with him (true!), and watercolor vignettes which focused on documents taken from the Louvre collections, and scenes from Ancient Persia. I worked with gel and much more impasto than I usually do, to accentuate the distinction between watercolors and oil paintings.

The large oil paintings shown here were intended to run over the double-page spread, which explains why I had to cut their composition in two halves, each part telling a different thing. The Louvre from these pictures doesn't really exist ; it is a mix of several rooms, especially the large red corridors of the French paintings galleries from the XIXth century (where one can see paintings by David, Géricault, Gros...)

cadres - frames



Peintures encadrées / Framed Pictures . 2008

vendredi 26 septembre 2008

orléans

Cathédrale d'Orléans / Orleans Cathedral
crayon sur papier / pencil on paper
- A4. 2008


Voici plusieurs semaines que je ne mets plus tellement à jour le blog, et que je tarde à répondre aux gentils commentaires qui me sont laissés ici. Je viens de commencer un nouvel emploi, professeur de croquis et de typographie, et je m'occupe aussi des préparatifs de mon mariage, qui est bientôt tout proche. Je m'excuse donc de ne pas avoir plus de temps pour répondre comme je le souhaiterais, ni laisser de commentaires sur les autres blogs.

Mes dessins récents sont tous des études à la tablette graphique, à l'exception de plusieurs peintures à l'huile inachevées, mais voici deux croquis récents, le premier au crayon et le deuxième à l'huile. Tous deux ont été fait à Orléans, et tous deux sont également inachevés. La perspective de la cathédrale était rendue difficile par des échafaudages qui étaient accrochés vers le sommet de la tour. La peinture des berges de la Loire est restée à la première étape en raison d'un orage d'une grande violence qui arrivait par derrière. Le temps de plier bagages, de rentrer en courant et tout était trempé.



La Loire. huile sur toile / oil on canvas - 24x18 cm. 2008


For several weeks, I haven't been able to update this blog as much as I wished. The truth is, I've just started a new job, teaching outdoor sketch to young art students and typography to others. I also have to get things together for my wedding, which is planned in three weeks, now. So, it's been quite difficult to do everything right, and I hope to get a bit of free time in the weeks to come, to come and post comments on the other blogs, and thank everyone for their nice words.

My latest work is digital. I am working on a visual development portfolio, full of studies and sketches made with painter and photoshop. I still have a couple of oil painting on progress, but they are far from being finished, and I just can't show them here. I did these two sketches in the city of Orleans, the first using a graphite pencil and the second, oil paint tubes. They're both unfinished. The first one was more difficult than I expected because of scaffoldings near the top of the cathedral tower, which made the perspective look strange around the edges. I had to stop working on the Loire banks painting just after the block-in, because of a huge storm that came from behind. It was time to go, not to get struck by lightning, but Cécile and I still came back indoor all soaking wet.

lundi 15 septembre 2008

jaune et rouge - yellow and red

Des roses / A Bunch of Roses.
huile sur toile / oil on canvas
- 4P - 2008


Quelques roses jaunes et rouges de l'exposition de juin du Lions Club. Si j'avais su, j'aurais poussé davantage la sensation d'étouffement par les fleurs et les feuilles, pour ne laisser apparaître qu'un infime espace révélant l'arrière-plan. Cela me rappelle cette histoire selon laquelle Héliogabale aurait un jour étouffé ses convives sous des pétales de roses qu'il fit jeter du plafond et dont Lawrence Alma-Tadema tira l'une de ses plus célèbres peintures. Il est vraisemblable néanmoins qu'il n'y ait là rien d'autre qu'une légende.



A bunch of roses, yellow and red, I did for the annual exhibition of the Lions Club Orléans-Midi, in June. I now think I should have painted flowers and leaves all over the canvas, to get the sensation of suffocation I wished to convey, leaving just a small amount of background to breathe. It reminds me of a story from Ancient Rome, telling how emperor Heliogabalus once smothered his guests with loads of rose petals dropped from false a ceiling. Although it might be a legend, Lawrence Alma-Tadema made one of his most famous paintings out of this usual roman cruelty episode.

mercredi 10 septembre 2008

gobelet - paper cup

Portrait d'un gobelet / Portrait Of A Paper Cup.
fusain et crayon sur papier / charcoal and pencil on paper
- 20x16 cm. 2008


Il y a quelques semaines, en déjeunant dans une cantine, je fus stupéfait par la beauté d'un gobelet de carton posé devant moi. La table était blanche et lisse, un peu translucide, le gobelet était tout propre et la lumière venant d'une fenêtre latérale adoucissait tous les contours à cet endroit précis de mon champ de vision. J'ai emporté le gobelet pour le dessiner. Il me reste maintenant à le peindre, en espérant retrouver une surface aussi intéressante que cette table de cantine.



A few weeks ago, I went to an office cafeteria, and suddenly, I saw this beautiful white paper cup in front of me. It was standing near my hands, on a white plastic table, and the light coming from a lateral window made the whole seem soft and smooth. I took the cup home and drew it. I still have to paint it, if I manage to find a good white, translucent table to put it on.

mardi 2 septembre 2008

la source - the spring

Cécile, dessinant, à la source / Cécile, Drawing At The Spring.
huile sur toile / oil on canvas
- 24x18. 2008


Voici un croquis à l'huile de Cécile en train de peindre des flamands roses à la source du Loiret, dans le Parc Floral d'Orléans. Il a fallu environ une heure et demie pour tout faire, de la préparation aux dernières touches. Je trouve les tons verts toujours très difficiles à déterminer, à graduer, et chaque fois que l'occasion se présente, je m'attache donc à trouver des façons de les représenter. Il arrive, pour peindre le gazon, que l'on place les tons clairs du côté du jaune, les foncés du côté du bleu, ce qui est parfois le cas , mais sous certaines conditions (météorologie, heure de la journée...), mais il me semble que dans le cas d'une herbe rase et clairsemée, les balances de chaud et de froid sont plus intéressants, puisque la couleur de l'herbe peut se mélanger à la couleur de la terre laissée vaguement apparente. Lorsque certaines parties aplaties forment un plan quasi-horizontal, les reflets du ciel interviennent également. Bref, tout ceci est bien compliqué, surtout alla prima - et le résultat, pas toujours convaincant... Quoiqu'il en soit, sur cette petite image, j'aimais particulièrement le rouge des sandales, qui apportait, par son intensité, un contrepoint agréable à l'étendue moins saturée des verts.



This is a 1:1/2 hour sketch I did this summer, in a beautiful botanical garden near Orléans, in France. Cécile was painting beautiful pink flamingos (see an example here), and I decided to paint her rather than the birds. I find green tones so challenging to determine and hard to gradate, that everytime I can, I go straight to greenish pictures, or with at least a couple of green elements. When painting grass, we often do the light tones on the yellow side of the adjacent hues, and the dark ones on the blue one, and this specific balance occurs under certain weather and time conditions. Under a warm light, it is especially obvious, but when the temperature isn't that clear enough to be sure what balance use, we find ourselves disturbed by the colors of the lights and the colors of the darks. I like when the grass has been removed from the earth by past footsteps, because the green tones mingle with the brownish colors of the ground. It can be very warm or cold, depending on the quality of the earth. And when spots of grass seem flattened almost to a horizontal plane, you can see reflections of the sky over the local tones of the grass. Working alla prima is uneasy when you want to get these effects right. And the final painting is not always as convincing as you expected. Here, I was glad to get a very intense and warm spot with the shoes, so that it balanced the whole greenish hues of the scene.

vendredi 29 août 2008

dessin académique - academic training

D'après Sargent / After Sargent.
crayon sur papier / pencil on paper
- 18x10 cm. 2008


Deux dessins effectués hier, dans l'ordre. L'on m'a offert récemment le livre de Juliette Aristides L'atelier de dessin (The Classical Drawing Atelier), et comme d'habitude avec les livres d'art, il me fascine et me stimule. Pour avoir lu un bon nombre d'ouvrages de 1880-1910, l'un des aspects de l'enseignement académique "éclairé" qui me plaît est que jamais il n'impose une méthode plus qu'une autre. Les seules qualités techniques de ces livres sont l'importance qu'ils accordent au travail d'observation et à l'honnêteté du regard. Ce ne sont jamais des livres d'esbrouffe, de mots qui ne veulent rien dire, d'incitations à copier une manière plus qu'une autre.



Cécile. crayon sur papier
pencil on paper
- 28x20 cm. 2008


I did these two drawings yesterday after reading a bit of the book Classical Drawing Atelier by Juliette Aristides. I've been given this beautiful book and - as usual with serious art instruction books - I'm fond of it's clear, honest, fascinating content. Since I've read a bunch of art books from the 1880s to the 1910s, I like intelligent academic process for its clever method, the way it never commands a strict technical manner, but rather emphasize on observation, honesty and character. A single book such as those by Harold Speed or Birge Harrison is worth a thousand mediocre teachers.

mardi 26 août 2008

écrevisse - crayfish

Écrevisse / Crayfish. pastel et brou de noix sur papier
pastel and walnut stain on paper
- 20x11 cm. 2008


L'autre matin, j'ai trouvé au marché de très belles écrevisses sur l'étal de glace pilée du poissonnier. J'ai acheté la plus bleue et l'ai remportée à la maison pour la dessiner. J'ai essayé de la représenter au pastel, technique que je n'emploie pour ainsi dire jamais, et donc assez neuve pour moi. Il fallait faire vite pour ne pas la tuer, et la remettre fréquemment dans un tupperware rempli d'eau. Quand j'eus fini, je me rendis sur les quais de la Seine pour lui rendre la liberté. Je n'aurais pas été capable de manger une écrevisse qui avait si bien posé pour un simple dessin.



The other day, I found at the fishmonger some beautiful crayfishes, all round and blue. I decided to buy the bluest and take it back home to make a drawing out of it. I tried to draw with pastel, a technique I never use, and which is quite new for me. I had to hurry not to kill it, and while I was sketching, to immerse it in a tupperware filled with water. When I finished my drawing, ie. when I felt it was time to let the crayfish alone, I got to the banks of the river Seine, with my little tupperware, and released it. I wouldn't have been able to eat such a kind crayfish who had been patient enough to pose for a drawing.

mardi 19 août 2008

atelier & plein-air - indoors/outdoors

Un ancien temple / An Old Temple.
photoshop
. 2008


Depuis le mois de juin, je ne présente que des peintures à l'huile personnelles. Sans doute le fais-je car je n'ai aucune illustration en cours ; et les quelques rares images que j'ai réalisées dernièrement ne sont pas en ma possession (il faudrait que je pense à les récupérer, mais c'est une habitude que j'ai, de laisser traîner mes dessins et de les oublier). Je fais donc surtout de la peinture personnelle, et il en reste d'ailleurs un certain nombre que j'aimerais publier ici.

Ces temps derniers, l'illustration me laisse un peu perplexe. Les livres que je vois ici en France me semblent souvent réchauffés, et ceux qui s'adressent aux enfants ne pas s'adresser du tout à des enfants, mais à des graphistes et illustrateurs qui se font plaisir entre eux, jouant de références, de stylisations et de postures qu'ils chérissent tant. J'ai l'impression, peut-être erronée, que la posture se porte bien, et les afféteries aussi, caractères typiques d'ateliers dont me paraît dépourvue la peinture extérieure et les croquis, où il faut aller vite et faire du mieux qu'on peut pour être compris. Dans l'atelier, l'esprit de synthèse se perd parfois. Nous avons en outre tendance à pousser la propreté des illustrations au point de tuer leurs vibrations, leur mouvement insaisissable au profit de la raideur.

Mais, afin de changer des peintures à l'huile, voici un décor de forêt pour mon portfolio en cours. Si je parlais de la différence entre peinture en atelier et peinture en extérieur, c'est parce que dans ce croquis numérique (photoshop), je souhaitais garder intacte une fraîcheur propre au plein air, de l'effet direct, et ne pas couvrir l'ensemble d'une propreté et de fioritures d'atelier. Il est supposé illustrer un passage de L'homme qui voulut être roi, de Kipling. Ce livre se prête bien à de l'exotisme et des effets d'échelle assez marqués.



Since June, I've only published personal oil paintings here, and one of the reasons I've done so is that I don't have any editorial picture on the drawing board these times. The few cover paintings and illustrations I did recently aren't at my place, and I have to get them back before I forget (which is quite common for me). So, I do peronal work, and I've got several pieces I'd like to put here on the blog.

Recently, the least I can say is that I feel quite perplex about illustration. I know the "web 2.0" is not the place to be harsh (or it is, but in unbelievably mean and disrespectful manners), but I have to say that I'm not convinced with what I see here in French bookstores. There's often nothing new about illustration, especially children illustrations, which ain't aimed at kids at all, but at illustrators and graphic designers, who take pleasure in copying, over-stylizing (to the caricature) and adopting creative stances. Maybe I'm wrong (I surely am), but I think stances and preciosity are doing O.K., and are typical of working indoors. When you work outdoor, everything changes so quickly that you have to focus on the effects you wanna paint with the fastest manner and a very direct and thoughtful approach. You can't fool around with your usual gimmicks. Indoors, when painting at your drawing board, I feel we lose sometimes the ability to see the big picture and use a bit to much of our clever formulas. I also think we so desperately aim at clean, professional pictures that we kill vibrancy of color and movement.

But, for now, as I'd like to change a bit from the usual plein-air oil paintings, this is a wood digital concept I did recently for my in progress portfolio. I talked about outdoors painting, because in this piece, I tried to capture the scene in a very direct, sketchy approach. I wanted the picture to stay fresh and not to make it over-detailed. The inspiration is Kipling's short story The Man Who Would Be King, which is a very good source of exotic, large-scaled sceneries.

lundi 4 août 2008

un ruisseau - a brook

Un ruisseau / A brook.
huile sur toile / oil on canvas
- 24x18. 2008


Un ruisseau de la vallée de Chevreuse. J'aurais dû arrêter la peinture plus tôt, car les ombres et les lumières avaient tant changé depuis le début que chacune de mes tentatives de coller au sujet consista ensuite à peindre de plus en plus épais sur les premières couches. J'aurais aimé que la qualité de touche soit plus expressive, mais, en fin de compte, je ne déteste pas l'atmosphère générale. J'ignore si c'est un problème auquel font face beaucoup d'artistes de plein air, si certains ont des "trucs" pour éviter de devoir repeindre et repeindre en fonction des mouvements du soleil. Je sais que Monet, par exemple, travaillait à peine au delà de 40 minutes sur une toile par session de peinture et il est vrai que parfois, il suffit d'une demi-heure pour que tout change.



A brook in the valley of Chevreuse, near Paris. I should have stopped painting earlier, because the light and shadow were changing fast, and each time I tried to capture the present mood of the whole scenery, it implied that I put more and more heavy, buttery paint over the first strokes. It diminishes the expressiveness of the brushwork, but I still quite like the overall atmosphere. I don't know if it's a common issue, maybe some of you have hints on how to avoid over-painting to match the position of the sun. I know Monet barley worked on a single canvas for more than 40 minutes on each session. And it's true that sometimes, you just work for half-an-hour and everything changes.

dimanche 27 juillet 2008

l'oreiller - the pillow

L'oreiller / The Pillow (Rome).
huile sur papier / oil on paper
- 24x19. 2008


Cette peinture est un croquis rapide de Cécile, endormie dans la chambre que nous occupâmes à Rome. Le temps de sortir les pinceaux, de monter le chevalet téléscopique, de préparer les couleurs sur la palette et de tout faire en silence, je n'eus que vingt minutes pour peindre, si bien que j'ai préféré la laisser inachevée, et tant pis pour les inexactitudes. Voyant que Cécile commençait à se réveiller, je m'étais tout de suite concentré sur l'impression du visage enfoncé dans le gros oreiller, abandonnant toute tentative de peindre le reste.

J'ai depuis songé à une peinture de grand format sur ce sujet, mais dans des tons très différents. Ayant acheté une toile hier et de grands pinceaux, j'essayerai de la peindre avant septembre et de la publier ici dès que possible.



This is a quick sketch I did of Cécile, sleeping in the room we rented in Rome. When I finished choosing the brushes, preparing the palette and mounting the telescopic easel, taking care not to make noise with the whole, I only got twenty/thirty minutes to paint. Since Cécile was starting to move as she was about to wake up, I urge to paint the impression of the face deep in the thick pillow, leaving the rest barely indicated.

I've since thought of a large canvas picture based on that subject, but far different in tones and mood. I bought the canvas and huge brushes yesterday and I'll try to get it done by the end of the summer (and post a good quality picture of it as soon as it's finished).

mardi 22 juillet 2008

nuit, florence - florence, night

De nuit / At Night (Florence).
huile sur papier / oil on paper
- 22x14. 2008


De retour d'un séjour en Italie, pour le mariage de mon frère. Cécile et moi sommes d'abord allé à Rome, voir les ruines, le Vatican, les fontaines et les Bernin ; puis nous sommes remontés à Florence, voir les palais, la Loggia dei Lanzi, les sculptures et les Jardins Boboli. Les musées de ces villes sont affreusement coûteux, nous rappelant d'un sens la modération du prix d'une entrée au Louvre, mais la relative absence de voitures de nombreuses artères dans les centres historiques permet de jouir du plaisir gratuit d'une belle place, d'une rue tranquille. Et lorsqu'on s'asseoit au milieu de l'une ou l'autre, de dessiner sans crainte de se faire écraser par un automobiliste fou.

J'ai peint ce croquis nocturne à Florence, sur le mince trottoir d'une rue en courbe. J'avais placé mon chevalet à la lueur d'une boutique de luminaires dont la clarté blanche me permettait de voir ma feuille comme si j'étais en plein jour, et de voir la nuit tout autour. Il fallait faire vite néanmoins pour être de retour à l'auberge de jeunesse avant la fermeture.



I'm back from a nice trip to Italy, where Cécile and I visited Rome and Florence. We spent hours walking, on the look-out for sculptures by Bernini, Cennini and Michelangelo, Renaissance and Baroque churches and fountains everywhere. The fare of entrance tickets in museums is quite "paranormal", always around 12-15 euros (even 22 euros for the Palazzo Pitti and its Boboli gardens), but you can still enjoy a free sitting in the shades of a beautiful piazza, and draw without cars all around, trying to kill you.

This is quick sketch of a street by night I did in Florence. I had found a lamp shop, by which I set my easel, and the light coming from its window allowed me to paint as I would have on a sunny day. I still had to hurry though, to get back to the youth hostel before closing time.

jeudi 3 juillet 2008

champs - fields

Le colza / A Flowering Rape Plants Field.
huile sur toile / oil on canvas
- 3P. 2008


Une des peintures exposées la semaine dernière au Salon Lions Club/Orléans Midi. J'ai peint ce champ le long du Chemin Racine (du nom du tragédien) dans la vallée de Chevreuse, aux alentours de Paris. Il y avait comme un trait droit de couleur jaune vive prise entre le champ vert et les arbres lointain, le filet à peine visible d'un champ de colza.

L'une des difficultés de l'image était le dépouillement de l'espace (caractère que j'apprécie particulièrement), tenant seulement à quelques graduations de couleur et de ton. Les températures de couleurs étaient celle d'un après-midi (17 heures) très ensoleillé, mais le risque de pousser l'impression de chaud/froid était de nuire à l'effet contrastant de la ligne de colza. J'ai peint cette ligne avec des variations de jaune à moitié mélangées, avec un peu d'empâtement afin qu'elle accroche davantage la lumière que le reste, très lisse. Je regrette que cet effet passât inaperçu lors de la prise de cette photographie.
J'avais peint ce même jour la vue d'un joli ruisseau, une autre petit format exposé également dont j'essaierai de publier une image, dans son cadre doré.



This is one of the painting I showed at the Lions Club exhibition. I painted this view from under the trees that border a footpath called Chemin Racine (from the tragedy poet), in the valley of Chevreuse, near Paris. There was a field of flowering rape plants (the French name is easier, I think), tracing a thin line of pure yellow between the mass of trees far away and the green field ahead.

My main issue was the relative emptiness of the whole impression (the kind of mood I love, though), just a few subtle color and tone gradations to tell the mood.The color temperatures were those of a sunny afternoon, from around 5 p.m. to 6 p.m. and I felt that emphasizing the balance of these temperatures, i.e. increasing the yellow in the bright green (and blue in the shadow parts) would reduce the effect of the very thin yellow line, which I treated with unevenly mixed yellow gradations, with a little impasto, so that it catches the light a bit more than the flat brushwork of the whole. Too bad it really doesn't show on this picture.
I did another painting, that day, a study of a little brook I also showed at the exhibition, and I'll try to publish it here, with its gilded frame.

mardi 17 juin 2008

exposition - exhibition


Dans le cadre du Salon Orléans-Midi / Lions Club, j'expose des peintures et des monotypes au Château de Saint-Jean Le Blanc, près d'Orléans, à partir de vendredi et jusqu'au 29 juin.



I'll be exhibiting paintings and monotypes at the Salon Orléans-Midi / Lions Club (Saint-Jean Le Blanc castle), from this Friday to June 29th.

mardi 10 juin 2008

Au crépuscule - At Dusk

Au crépuscule / At Dusk.
huile sur toile / oil on canvas
- 12M. 2008


J'ai passé ces deux dernières semaines à peindre une image de couverture pour un roman jeunesse à paraître dès la rentrée prochaine, en réalité la deuxième version de la couverture puisque la première avait finalement été refusée. Je dois aussi préparer une exposition de peinture qui se tiendra à Orléans dans exactement dix jours, trouver des cadres, vérifier que leur commande n'avait pas été perdue (en l'occurrence, se rendre compte qu'elle avait effectivement été perdue), et l'impossibilité réelle de trouver une gamme de prix pour chaque peinture. Comment quantifier à la fois aux dimensions, médium, support et tenir compte à la fois du facteur sentimental, qui n'a souvent rien à voir avec tout ce qui précède?

Quoi qu'il en soit, voici une toile de l'exposition, l'une des plus grandes par ses dimensions (12 Marine : 38 x 61 cm), avec Deuil (présentée ici) et quelques autres images sur papier. Cécile venait d'acheter une très belle robe et je souhaitais vraiment la peindre dans sa nouvelle tenue.



Croquis / Sketches
crayon, brou de noix
sur papier / pencil, walnut stain on paper - 2008


I spent the last two weeks painting a book cover for a young adults novel to be published this September, or should I say, the second version of that cover, since the first one was eventually rejected for some odd reasons. I'm also trying to get things together for a painting exhibition due in ten days in Orleans : the paintings of course, but also frames, a name for each picture, dimensions and, last but not least, a selling price for every item. I find it very hard finding a price that considers dimensions, medium, ground and the more abstract emotional price, which often doesn't match any of the previous objective reasons at all.

Nevertheless, this one is an oil on canvas from this exhibition, and one of the largest (12 Marine : 38 x 61 cm), and one of my favorite I did this year. Cécile had just bought a beautiful dress, and I wanted to paint her in her new outfit. I tried to be careful working on the edges and color temperatures.

vendredi 23 mai 2008

autoportrait(s) - self-portrait(s)

Moi / Me.
huile sur toile / oil on canvas
- 24x18 cm. 2008


De nombreux artistes ont peint leur famille ou leurs amis proches, et le plus souvent par nécessité. Le peintre Eugène Carrière a passé toute sa vie à peindre son épouse, ses enfants ou lui-même, habitude qu'il avait prise dès ses premières peintures quand il était encore fauché.

Travaillant seul chez moi, et passant l'essentiel de mes journées en ma propre compagnie, jamais très éloigné de la planche à dessin, des e-mails et du téléphone, je dois souvent me prendre pour modèle lorsque l'on fait appel à moi pour des illustrations. Que le dessin finisse en vieil homme barbu, en gamin farceur ou en reine de Blanche-Neige importe peu, puisque c'est souvent l'attitude que je recherche. Parfois aussi, lorsqu'une illustration est en train de sécher et que je ne sais pas quoi faire de particulier, je monte un chevalet pliable face au miroir et j'entreprends un autoportrait. L'autoportrait flatte peut-être l'ego, mais il me semble que c'est avant tout pratique, dans la mesure où l'on peut peindre tout de suite ce qu'on a sous les yeux, qu'on connaît assez bien les couleurs de sa propre peau, la structure de son propre visage. Les risques sont également assez minces de bouger en prenant la pose, puisqu'on dispose de la peinture et du miroir pour comparer sans cesse.



Quelques "autoportraits" / A few "self-portraits"
aquarelle
sur papier / watercolor on paper - 2007


Many artists painted their family or relatives when they needed and some usually did because of the money. Eugène Carrière, for example, spent almost all his life painting his wife and children and did self-portraits too, a habit he took when he was still young and broke.

Working alone at my place, a quite small studio (large when you consider the insane real estate situation in Paris though), never far from the drawing board, the phone and the computer, I often need to get a model fast to get an attitude done for the illustrations I work on and the easy way is to take the pose and use myself as a model. Eventually, the drawing will be an old bearded man, a kid, a man with a donkey face or even the evil queen in Snow White. Sometimes also, when the illustration is drying and I don't know what to do, I put my easel in front of the mirror and do a little self-portrait. One can think self-portrait is a pretentious matter, but in my humble opinion, I find it mostly practical and easy, since you can get a result quickly, without spending time looking for a model. Since I know quite a bit about my own features, my skin colors and my head structure, I also spend less time trying to figure them out. If you move, you can get the pose right by comparing with the painting, and you can paint as long as you want. And, of course, it is free and you don't bore anyone asking them to be the sitter.

lundi 19 mai 2008

temple indien - indian temple

Aux confins de l'Inde / At India's Ends.
brou de noix sur papier / walnut stain on paper
- 28x20 cm. 2008


Travaillant en ce moment à des huiles sur toiles pour une exposition devant se tenir le mois prochain, des images de concept numériques et une couverture de livre, je n'ai hélas pas le temps de dessiner au brou de noix. Voici donc un dessin exécuté de cette manière, qui date du début de cette année, soit un temple indien inspiré par la lecture de L'Homme qui voulut être roi, de Kipling (et d'autres de ses nouvelles). Le récit de Kipling présente une remarquable économie descriptive laissant imaginer les paysages et les atmosphères les plus variés.



Having many things on the drawing board and easels these days (an oil paintings exhibition due next month, personal digital concept art and a book cover for a young adults novel), I have few occasions, alas, to draw with the delightful walnut stain. I did this picture earlier this year, after re-reading some pages of The Man Who Would Be King, and other short stories by Kipling. I love how Kipling scarcely used very loose descriptions, but let the reader create broad, exotic landscapes and atmospheres in his mind.

vendredi 16 mai 2008

pour urs - for urs

Deuil / Mourning.
huile sur toile / oil on canvas
- 65x50 cm. 2008


Cette peinture a connu plus de changements qu'aucune autre. Lorsque je fais une illustration, je préfère m'assurer dès le départ de l'allure définitive que je souhaite donner à l'image, mais lorsque je fais de la peinture, je prépare certes le dessin et la composition, mais je préfère aussi ignorer certaines choses et laisser le hasard, les mauvaises et bonnes idées se produire d'eux-mêmes.

Il y a un peu plus d'un an, je perdais un ami formidable et les croquis initiaux de cette peinture datent de cette époque. Je souhaitais faire une peinture qui parlât de cette disparition, mais elle passa ensuite par des formes plus colorées, plus gaies pour finir par retrouver la mélancolie des premiers dessins.



A year ago, I lost a fantastic friend of mine and I started some sketches to tell about it. I had in mind a painting of loss and mourning but it eventually became more colorful, brighter, before I recently tried to make it more like it used to be in the first place.

This painting has been modified more times than I can count, I guess. I did numerous sketches, drawings, head and hands studies, flowers sketches... but it ended with very few details and almost no color at all. When I do an illustration for a book, I like setting the things right before I start to do it in color, I like knowing a bit how the final piece will be. But when I do painting for myself, I like being surprised by my brushes and colors. This is exactly what happened here.

lundi 12 mai 2008

Shoah

Shoah 1. encre et crayon sur papier
ink and pencil on paper
- 8x8 cm. 2008


Trois Étoiles de David dessinées pour un projet plutôt inhabituel sur l'Holocauste, et auquel sont attachés de nombreux illustrateurs, dont Eric Orchard (qui a fait de fabuleuses étoiles). Ce qui ne m'empêche pas - pour être totalement honnête - de m'interroger beaucoup sur le projet en tant que tel, sur ses motivations, le bien fondé de transformer la mémoire de l'Holocauste en activité familiale (puisque c'est un peu de ça qu'il s'agit), d'imposer à des enfants une commémoration à l'égard de laquelle ils me semblent trop jeunes (qu'on leur fiche un peu la paix, non? ils n'ont que dix et onze ans!). Je me pose bien d'autres questions relatives aux intentions de ce projet, sur l'éventuelle autopromotion sous-jacente, mais si vous voulez en savoir davantage, vous pouvez toujours visiter ce blog.

Bref, il me semble que le principe devait s'adresser plus ou moins à des enfants mais les seules dessins qui me venaient à l'esprit étaient plutôt adultes. Les trois reprenaient une composition à rayures, motif caractéristique des camps de concentration, dans la première les rayures tissées d'un pyjama
, dans la deuxième des cheminées de four crématoire vomissant de la fumée et dans la troisième, un mélange de barbelés et de chemins de fer vus du ciel, avec les wagons sous la neige. Quoi qu'il en soit, je souhaitais ces images en noir et blanc, peu narratives et presque abstraites.



Shoah 2 & 3. encre et crayon sur papier
ink and pencil on paper
- 8x8 cm. 2008


Three Stars of David I did for an unusual project about Holocaust (see it here), involving many illustrator such as Eric Orchard (who did spectacular stars). I hope I'm not hurting anyone by saying this, but I might be a little unsure about certain things in this project (I could explain why if you'd like me to). Nevertheless, I've always been terrified by the dramatic reality of the Holocaust and I see no reasons not to make pictures about it. I think I was supposed to do pictures for kids, but I couldn't find a way not to do adult, dark stars. Having read a lot about Jews, homosexuals, Roma people, etc. deportations and Nacht und Nebel operation, including a very interesting essay by William L. Shirer, I find the WWII annihilation project a too horrific and modern terror for me to create pictures of hope.

I built these stars on a repetitive striped composition, a pattern that reminded of typical elements of the camps : the first one is a collar of striped pajamas, the second one an arrangement of oven chimneys and the last, a mix of barbed wires and railroads, with the train wagons seen from the sky, in a snowy mood. I wanted to convey a sense of darkness with black and white, rough and almost abstract pictures.

vendredi 9 mai 2008

ballon - air ballon

Étoiles / Stars. crayon et gouache sur papier
pencil and gouache on paper
- 23x17 cm. 2007


Petite dédicace dessinée pour Cécile (dont vous pouvez voir les œuvres ici), en première page d'un livre du merveilleux Jon J. Muth, I Will Hold You 'Til You Sleep. Il m'arrive parfois qu'un dessin dise mieux que les mots que je pourrais employer.

Jon J. Muth fait partie de ces illustrateurs extraordinaires dont le travail est tantôt d'une évidente technique à couper le souffle (son roman graphique M, le Maudit) et tantôt encore d'une sensibilité aux effets sans doute plus économes, mais tout aussi technique, et surtout très belle (Les Trois Questions, Old Turtle...)



A drawing I did for Cécile (go see her blog here), on the first page of a book by the incredible Jon J. Muth, I Will Hold You 'Til You Sleep. I think this sketch tells better what I mean than the few words of the dedication I wrote along with this air-balloon.

I hold Jon J. Muth as one amazing watercolorist and draughtsman, whose work is sometimes of breathtaking technical ability (his graphic novel M) and sometimes of less demonstrative skill (The Three Questions, Old Turtle...), but very technical, talented and beautiful indeed.

dimanche 4 mai 2008

après-midi au soleil - sunny afternoon

Arbre et gazon / Tree & Grass. crayon et aquarelle sur papier
pencil and watercolor on paper
- 14x10 cm. 2008


Aquarelle du Jardin des Plantes, à Paris réalisée cet après-midi. J'étais essentiellement intéressé par les contrastes et l'arrangement abstrait des masses colorées.



A watercolor I did this afternoon, in a famous and beautiful garden near my place (Jardin des Plantes, Paris). I tried to emphasize the color abstraction as well as the bright tonal contrast.